Recherche Utilitaire

RECHERCHE UTILITAIRE

Présentation

Créée en 1984 par Monsieur Pierre ROBY aujourd’hui disparu, reconnue par la Société Centrale Canine le 18 juin 1986, la Recherche Utilitaire s’est appelée successivement: Pistage Utilitaire puis Recherche Humanitaire (d’où notre logo) et enfin Recherche Utilitaire. Elle pourrait s’appeler Recherche de Personne Disparue car tel est son but.

Cette discipline commence à être connue car en France nous approchons des 100 clubs ayant au moins une équipe maître et chien.
Très contraignante, elle requière beaucoup d’investissement en temps, et ce qui n’est pas négligeable, en argent, pour participer aux épreuves qui sont organisées dans toute la France.
Elle demande en général plusieurs années pour obtenir le « Graal ».

Son but est donc de retrouver des personnes disparues: Enfants fugueurs, adultes dépressifs, vieillards égarés, enfin toute personne dont l’absence est anormale. Pour cette tâche, après un entraînement bien mené, le chien est parfaitement adapté car ses capacités olfactives sont performantes. Les équipes maître et chien des clubs, sur requêtes des services officiels tels que les mairies, la gendarmerie, la police municipale ou nationale, peuvent participer à des recherches réelles.

Le C.C.O., dont la vocation première est l’éducation des chiens et de leurs maîtres (action civique et éducative pour rendre les maîtres responsables et avoir des chiens sociables, sans agressivité) a créé une section Recherche Utilitaire. Cela implique de former des équipes « maître et chien » à la recherche opérationnelle des personnes disparues.

Cette discipline est maintenant ouverte à tous les chiens sans exclusivité, mais il faut mieux éviter les chiens de compagnie de très petite taille. Il y a parfois des obstacles à franchir, des difficultés à surmonter que seuls des chiens de travail (bergers, molosses etc.) sont capables de réaliser. Les maîtres, de tous âges, doivent être assez sportifs pour parcourir de nombreux kilomètres dans la journée et assez motivés pour être éventuellement “réquisitionnés” à toute heure de la journée ou de la nuit pour une recherche en réel. Ces recherches, qui sont sous la responsabilité des services officiels, peuvent se dérouler dans toutes les circonstances et sur tous les terrains.

Le volet Sportif

M. Roby avait concocté un règlement très progressif en 3 niveaux commençant par une classe 1 pour se terminer par un « brevet », qui en une vingtaine d’années, n’avait été réussi que par 23 chiens.

Après quoi, pour obtenir plus de résultats, le règlement a été remodelé plusieurs fois. Maintenant, les épreuves qui sanctionnent le niveau atteint par les équipes sont réparties sur 4 niveaux plus abordables. Elles commencent par un brevet comme toutes les autres disciplines canines et se terminent par la classe 3.

Actuellement, il faut avoir une mention « excellent » au brevet pour accéder à la classe 1, puis 2 mentions dont un « excellent » pour accéder ensuite à une classe supérieure.

De plus, il y a maintenant une « Coupe de France » qui est attribuée à la meilleure équipe lors d’une épreuve réunissant les 10 meilleures équipes de l’année.

Les épreuves sont des parcours (ou pistes) tracés par une personne qui en l’occurrence joue le rôle de disparu. Cette personne, selon le niveau de l’épreuve, parcourt de 0,7 à 2 kilomètres sur les chemins, les routes, traversant les bois; les jachères et les villages. Comme le Petit Poucet, elle “perd” 5 objets personnels, qui peuvent être apparents, cachés ou pendus, le long du chemin et se cache en bout de parcours.
L’équipe « maître et chien » part à sa recherche entre 1h30 à 4 heures après.

Il est bien évident que les organisateurs connaissent parfaitement le parcours mais pour l’équipe « maître et chien » il en est tout autrement. Le chien n’a que l’odeur d’un objet ayant appartenu au disparu (référence). Le maître, après enquête, a une description et l’identité de la personne disparue, ainsi qu’un point plus ou moins précis du dernier endroit où le disparu a été vu.

Le volet Humanitaire

Chaque jour, des personnes se perdent, fuguent ou disparaissent. Pour les retrouver, les équipes « maître et chien » de la Recherche Utilitaire, sous la responsabilité des services officiels, peuvent participer aux recherches réelles.

Les équipes acquièrent, par l’entraînement et les épreuves organisées par les clubs, un savoir-faire qu’elles peuvent mettre au service de la collectivité, en humanitaire exclusivement. Les équipes « maître et chien » ne vont pas courir après des délinquants ni s’intégrer dans des opérations militaires. Ce sont des bénévoles, dévoués aux autres, et disponibles sur simple requête.

Lors de l’entraînement, le chien a appris à détecter et retrouver le long du parcours des objets ayant appartenu au disparu. Cette faculté devient précieuse en réel. En effet, tous les objets relevés par le chien deviendront de précieux indices qui seront analysés par les équipes scientifiques et viendront enrichir l’analyse faite par les enquêteurs.

Pour les équipes, l’ultime récompense arrive lorsque le disparu est retrouvé, sain et sauf !